DoritosGate : explication

doritogate

Hier, j’ai eu l’opportunité de regarder « Jeux Vidéos : journalistes vendus ? » pour l’émission Arrêt sur Images, avec Julien Chièze de Gameblog.fr, Usul de Jeuxvideo.com, Gael Fouquet de Gamekult.com et Ivan Gaudé de Canard PC. A l’occasion de ce débat, j’ai entendu parlé du « DoritosGate » (référence au WaterGate) pour la première fois et je souhaitais vous en parler. Le DoritosGate est devenu un scandale incroyable chez nos amis anglais mais peu de médias ont relayé l’information.

Robert Florence est donc l’origine du DoritosGate. Robert Florence est chroniqueur chez Eurogamer et a publié un texte intitulé « Lost Humanity 18 : A Table of Doritos », où il allume les « Games Media Awards » et avec en image le journaliste canadien Geoff Keighley prenant la pose entre des chips Doritos et une affiche pour Halo 4.
Florence résume la situation

« Cette semaine, une certaine image fait le tour d’internet. Il s’agit d’une photo de Geoff Keighley, un journaliste de jeux vidéo canadien, assis le regard vide entre un poster flashy de Halo 4 et une table pleine de Mountain Dew et de Doritos [célèbres marques de soda et de chips respectivement, nda]. C’est une image tragique et vulgaire, mais je pense que c’est l’image la plus importante du journalisme vidéoludique en ce moment. Je pense que nous devrions tous la regarder et l’étudier. C’est important. »

La photo est en fait une capture d’écran d’une interview dans laquelle on demande au journaliste ce qu’il a honnêtement pensé de Halo 4 après y avoir joué quelques heures auparavant, ce à quoi Keighley répond qu’il était « naturellement très sceptique » au départ, à cause du changement de studio de développement mais que tout ce qu’il avait vu jusqu’à présent l’avait « vraiment impressionné ». Tout ceci avec la silhouette imposante de MasterChief comiquement postée derrière lui, bien en évidence, accompagnée des logos des deux célèbres marques de junk-food. Mais au dos des marques Doritos et Mountain Dew, on peut en effet trouver des codes promotionnels qui, quand on les entre sur dewxp.com, nous donnent … des points d’expérience à utiliser en mode multijoueur !

Mais Robert Florence ne s’arrête pas là et s’attaquent aux « Games Media Awards« , cérémonie récompensant les « meilleurs » journalistes du monde de jeu vidéo. Durant cette soirée, un jeu a été organisé permettant de rapporter une PS3, les journalistes présents dans la salle devait envoyer un tweet promotionnel. Plusieurs journalistes l’ont fait, comme Lauren Wainwright, journaliste pour The Sun.

« Les éditeurs de jeux et les médias veulent tous que vous soyez heureux et c’est beaucoup plus facile à faire s’ils travaillent ensemble, » ironise Robert Florence.

Dans son article, Robert Florence cite le nom de Mme Wainwright mais cela n’a pas plus à la journaliste qui a demandé la suppression du passage où son nom est cité car … elle a travaillé pour Square Enix. Elle menacera Eurogamer d’un procès et Eurogamer accepte de retirer le passage. Robert Florence décide donc de démissionner … et marque la naissance du Doritos Gate.

Suite à cette affaire, plusieurs sites britanniques, tel que vg247, Eurogamer et The Guardian, ont mis à jour leur charte pour « clarifier leurs relations avec les éditeurs ».

Et en France me diriez-vous ? Et bien pas grand chose. Je vous invite à lire l’interview d’Usul pour le site RageMag s’intitulant « La presse jeu vidéo est un milieu consanguin ! »

 

Advertisements

3 réponses à “DoritosGate : explication

  1. Pingback: Joakim Mogren parlera de The Phantom Pain | GamingActu·

  2. Pingback: E3 2013 – Microsoft : "Pas d’internet ? Restez sur Xbox360 !" | GamingActu·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s